Vote de la diaspora : le Burkina à l’école du Cap Vert

Fin aujourd’hui à Praia du séjour d’une délégation de la CENI, allée s’instruire de l’expérience capverdienne dans l’organisation et la supervision du vote des  ressortissants à l’étranger. En 2020, les Burkinabè établis hors du pays pourront prendre part à l’élection présidentielle.  Une première pour la réussite de laquelle la CENI est à l’ouvrage, avec comme première étape majeure l’enrôlement des électeurs qui sera entamée dès janvier prochain.
Pays d’émigration, le Cap Vert est crédité d’un riche savoir-faire dans l’organisation du vote de ses citoyens à l’étranger.
Les 12 et 13 août, la délégation de la CENI, conduite par la vice-présidente Delphine Barry Traoré, a eu des séances de travail avec la Commission nationale électorale, le ministère des Affaires étrangères et la  Direction générale d’appui au processus électorale.  Entre ces structures sont reparties les responsabilités dans l’organisation et la supervision des opérations électorales dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.
« Nous avons beaucoup appris et nous ferons tout pour être cités en exemple, comme vous, pour la qualité du travail que nous allons effectuer en 2020 », a déclaré la vice-présidente de la CENI à la fin de ses entretiens.
La mission de la CENI au Cap Vert a été rendue possible grâce l’appui du département des Affaires politique de la commission de l’Union Africaine, et la collaboration du Réseau des structures de gestion électorale en Afrique de l’Ouest (RESAO).